Sommaire

Il est primordial de saisir la différence entre le RevPAR et l’ADR pour mieux analyser vos indicateurs clés de performance, plus connus sous le nom de KPI (Key Performance Metrics). Ces deux KPI sont des indicateurs de performance essentiels qui peuvent contribuer à aider les hôteliers à prendre des décisions fondées sur les données pour optimiser leurs stratégies de gestion des revenus.

Bien que le RevPAR et l’ADR soient similaires, ils ne sont pas utilisés pour les mêmes raisons. Le RevPAR ou « Revenu par chambre disponible » mesure vos performances en matière d’occupation tandis que l’ADR mesure votre profitabilité liée aux tarifs fixés pour les chambres de votre hôtel.

Dans cet article, nous examinerons en détail ces deux indicateurs et découvrirons comment ils sont utilisés.

 

RevPAR et ADR : définition

Avant d’entrer dans le vif du sujet, définissons le RevPAR et l’ADR.

L’ ADR, ou Tarif journalier moyen, est un indicateur clé utilisé pour mesurer la profitabilité d’un hôtel. Il permet aux hôteliers de déterminer et de fixer le tarif moyen pour leurs chambres au cours d’une période donnée, quel que soit le jour de la semaine. C’est également un indicateur utile pour prévoir les tendances saisonnières.

Grâce à l’ADR, les hôteliers peuvent ajuster leurs prix pour mieux répondre à la demande et ainsi maximiser le revenu par chambre. L’ADR s’exprime en divisant les revenus totaux générés au cours d’un jour donné par le nombre de chambres vendues.

ADR = revenus des chambres / nombre de chambres vendues

Dans l’hôtellerie, le RevPAR est un indicateur utilisé pour mesurer les performances d’un établissement. Il détermine non seulement la capacité d’un établissement à remplir ses chambres disponibles à un tarif moyen, mais permet également de mesurer les performances d’un établissement à un taux d’occupation élevé. Vous pouvez également utiliser cet indicateur pour planifier les différentes saisons et mesurer votre profitabilité à une période donnée de l’année.

Il existe deux façons différentes d’exprimer le RevPAR :

RevPAR = ADR x taux d’occupation ou RevPAR = revenus des chambres / nombre de chambres disponibles

 

RevPAR et ADR : comparaison

Vous savez désormais à quoi font référence ces indicateurs. Comparons-les entre eux, mais également avec les informations que vous pouvez recueillir, et découvrons comment vous pouvez les recouper pour comprendre plus précisément les performances de votre établissement.

Le RevPAR ne tient pas seulement compte du tarif journalier et englobe également l’occupation journalière. C’est la raison pour laquelle il est considéré comme un indicateur plus utile. En effet, plus vous vendez de chambres à un tarif moyen élevé et plus vous générez de revenus, ce qui est l’objectif de tout hôtel.

Cependant, il est préférable de ne pas vous fier à cette seule métrique car le RevPAR ne prend pas en compte l’ensemble des coûts qui découlent d’un taux d’occupation de 100 %. Il ne permet donc pas de répondre à des questions du type : « Est-il possible qu’en fixant un tarif journalier plus élevé, je génère les mêmes revenus ? »

Bien que ces deux indicateurs fassent partie des principaux KPI du secteur de l’hôtellerie, l’objectif le plus important de tout hôtel devrait être d’optimiser ses performances financières en analysant à la fois ses dépenses et ses revenus.

Ces indicateurs ne doivent, en aucun cas, être utilisés de manière isolée. Ils devraient plutôt être accompagnés d’une approche coordonnée et impliquer l’ensemble des employés : aussi bien les gestionnaires de revenus et les agents de réception que le service d’étage et les membres du département Marketing et Ventes. Un hôtel ne peut atteindre ses objectifs que s’il adopte une stratégie de gestion des revenus holistique.

Comment utiliser le RevPAR dans la pratique ?

Le RevPAR est un indicateur essentiel pour mesurer la profitabilité d’un établissement. Il peut être utilisé pour aider les hôteliers à fixer le tarif de leurs chambres avec plus de précision, dans le sens où il détermine la capacité d’un hôtel à remplir ses chambres disponibles à un tarif moyen. Si le RevPAR enregistre de meilleurs résultats, cela peut signifier deux choses : une hausse du tarif moyen des chambres ou une hausse du taux d’occupation.

Cet indicateur peut être utilisé par les gestionnaires de revenus pour prendre des décisions, car ils peuvent à la fois analyser la capacité de leur établissement à remplir ses chambres et comparer le nombre moyen de chambres occupées par rapport à la concurrence. Par exemple, si le tarif moyen des chambres est plus élevé que le RevPAR, les gestionnaires de revenus peuvent prendre la décision de baisser le tarif moyen pour aider l’établissement à afficher une occupation de 100 %.

Les limites du RevPAR

Cet indicateur n’est pas une solution miracle en matière de gestion des revenus. Lors du calcul du RevPAR, il est crucial de tenir compte des fluctuations saisonnières, des grandes tendances du marché ainsi que des habitudes de consommation des clients. En raison de ces variables, il peut être difficile de suivre précisément le RevPAR.

De plus, l’utilisation exclusive de cet indicateur pour mesurer les performances peut engendrer des résultats peu pertinents, car il n’est pas toujours synonyme de meilleures performances. Si un hôtel enregistre une hausse du RevPAR, il n’en va pas nécessairement de même pour ses bénéfices.

De la même manière, cet indicateur ne tient pas compte de l’ensemble des coûts liés à la gestion d’un établissement. S’il est vrai que les établissements doivent faire tout leur possible pour afficher un taux d’occupation de 100 %, il est également primordial d’analyser les coûts d’un établissement dont toutes les chambres sont occupées. Pensez notamment au service d’étage, aux charges, au personnel et à l’usure des chambres.

La valeur d’une réservation peut être analysée en fonction du montant total dépensé par les clients tout au long de leur séjour (cela comprend donc les dépenses pour la chambre en elle-même et celles pour les services supplémentaires).

De l’utilité de l’ADR

L’ADR peut être utilisé pour comparer plusieurs périodes. Le but ? Identifier et comprendre les grandes tendances et déterminer l’efficacité de votre stratégie actuelle en matière de revenus. Vous pouvez également utiliser cet indicateur pour prendre des décisions stratégiques, comme mettre en place des promotions ou augmenter vos prix pour optimiser vos revenus.

C’est également un indicateur très utile pour déterminer les performances de votre établissement par rapport à vos concurrents de taille équivalente, situés dans la même zone géographique que vous et qui offrent un niveau de service similaire au vôtre. Par exemple, si votre établissement génère un tarif journalier moyen inférieur à celui de vos concurrents, c’est que votre stratégie de tarification n’est pas efficace.

Garder un œil sur ces fluctuations vous garantira d’obtenir un tarif journalier moyen optimal au fil du temps.

L’ADR ne garantit pas une représentation exhaustive

Même si l’ADR peut s’avérer utile pour déterminer l’efficacité de votre stratégie de tarification, il ne vous donne pas nécessairement une représentation fidèle et précise des performances de votre établissement. Pour mieux comprendre les performances de votre établissement, vous devez considérer votre occupation par rapport à vos résultats historiques.

Plus les tarifs sont faibles et plus le taux d’occupation est élevé. Cela se vérifie dans la plupart des cas, mais à long terme, il convient de voir plus grand. Vous devez également analyser votre ADR par rapport à la concurrence, car il est nécessaire de proposer des tarifs compétitifs pour que vos clients effectuent une réservation dans votre hôtel plutôt que chez vos concurrents.

De la même manière, vous devez considérer l’impact d’une augmentation de vos tarifs sur vos revenus globaux. Augmenter l’ADR sans une stratégie adéquate peut être contreproductif et entraîner une baisse de votre taux d’occupation et donc de vos revenus. C’est là que l’analyse des données hôtelières entre en jeu.

Grâce à Mews Analytics, vous pouvez suivre vos performances et prendre des décisions plus avisées à l’aide de données en temps réel présentées dans cinq tableaux de bord interactifs.

Conclusion

Le RevPAR et l’ADR sont deux indicateurs utiles pour déterminer la profitabilité et les performances globales d’un établissement. Toutefois, il est primordial de comprendre que ce sont des indicateurs complémentaires afin de prendre des décisions avisées et fondées sur les données qui viseront à développer votre établissement, stimuler vos revenus et attirer davantage de clients.

Pour obtenir une vue d’ensemble de votre établissement, vous devez considérer ces indicateurs conjointement et non pas de manière isolée. La première étape pour améliorer vos performances globales consiste à comprendre et à appliquer des décisions basées sur une analyse qui, plutôt que de les opposer, recoupe le RevPAR ET l’ADR.

De plus, la décision d’augmenter vos tarifs ne doit pas seulement revenir au gestionnaire de revenus et devrait être abordée de manière globale entre tous vos départements, dans une logique d’équipe. Autrement dit, cette décision doit être prise de concert avec votre département Marketing pour que ce dernier puisse choisir et créer des promotions pertinentes et mener des campagnes ciblées en fonction des objectifs de votre établissement.

Il incombe également à vos équipes du service d’étage et de la réception d’offrir des expériences remarquables en veillant par exemple à ce que la propreté des chambres soit irréprochable. De cette façon, vos clients, satisfaits de leur séjour, seront davantage susceptibles d’effectuer une autre réservation à l’avenir et de recommander votre établissement à d’autres clients potentiels.